Théorie du design : objet, valeur et marque, quels liens ?

objet, valeur et marque

objet, valeur et marque

Objet, valeur et marque : le design d’objet ne communique pas seulement les fonctions, l’esthétique ni même les usages mais également les valeurs de l’entreprise.

Parfois, pour assurer la présence d’un produit sur un marché il ne suffit plus de changer la couleur, la forme ou d’ajouter telle ou telle fonction. Mais il semble profitable de penser le design comme un vecteur du sens du produit et de la marque. 

Objet, valeur et marque sont intimement liés. À partir de l’étude sémiologique des valeurs d’une marque, je montre comment elle peut être prolongée et intégrée à une étude marketing en amont de la création de design produit. Elle permet ainsi de réaliser évolutions et innovations en aval. C’est-à-dire, des produits qui communiquent mieux la marque et ce qu’ils offrent.

Une application expérimentale pour montrer les rapports entre objet, valeur et marque

Je présente une méthode développée conjointement avec la société Inevidence. Elle mêle sémiotique et text mining dans une application expérimentale sur un cas concret et sur un ensemble restreint de catégories émotionnelles. Ces dernières permettent de montrer les liens entre Objet, valeur et marque.

Objet, valeur et marque sont reliés par une sémio-logique

La sémiotique et le marketing ont montré que dans la génération du sens un enchaînement de déterminations existe. Il va de la culture aux produits et passe successivement par les valeurs et la marque. Cette conception peut être exprimée ainsi :
– la marque donne du sens aux produits (Kapferer 1998),
– les valeurs donnent du sens à la marque (Floch 2002) et
– la culture détermine les valeurs (école de Tartu).

[…] A. Findeli (1998 :159 ; 2000 :5 ; 2004 : 7) exposait la complexité du Design dont nous retenons qu’il soulève des problématiques esthétiques et sociétales. Ainsi, les designers doivent appréhender les usages des objets sur lesquels ils travaillent ; mais moins connues des concepteurs-créateurs, d’autres problématiques autour des langages (textuels, visuels, corporels…) et de la formation du sens sont à explorer. Celles-ci prennent pourtant de l’ampleur à mesure que les programmes des écoles s’étoffent et que les pressions économiques s‘accroissent sur le design d’objet pour mieux éviter les risques de copie à la création ou d’échec à la production et à la distribution. Le Design aborde donc, en plus de dimensions techniques, esthétiques, fonctionnelles…, d’autres liées aux sciences humaines et à la sémiotique…

Revue MEI n° 31 (CNL, CNU, AERES), Objets et communication. Sous la direction de Bernard Darras & de Sarah Belkhamsa

sujet connexe : le design intuitif — MEI n° 40

Inévidence

Catégorie : Parutions

Mots clés : | | |

Article précédent

Article suivant