La croyance dans le coaching 2/6

 

La croyance dans le coaching-2 : la croyance, procès, position et domaine de focalisation

la croyance comme processus de transformations

La croyance abordée comme un procès de transformations tient compte d’une dimension fonctionnelle et d’une affective; c’est-à-dire ayant un contenu affectif lié à l’engagement plus ou moins marqué que la personne investit dans la croyance concernée. Chacune des étapes de ce procès est un moment sur lequel le coach peut demander au coaché de s’interroger.

La dimension fonctionnelle :

Espérance : qu’espérez-vous à travers cette croyance ?
Promesse : cette croyance pour vous contient-elle une promesse ?
Attente : que vous apporte cette croyance ? Qu’en attendez-vous ?
Résultat : avez-vous été satisfait ou frustré ? Quelle satisfaction vous apporte-t-elle ?

La dimension affective :

Cette dimension affective liée à l’engagement du coaché dans sa croyance permet en quelque sorte d’en apprécier la force; elle se raconte en intensité mais aussi en extensité quand le coach aide le coaché à comprendre quels éléments de sa vie sont touchés par cette croyance. Ainsi le coaché peut explorer deux autres dimensions de sa croyance…

Télécharger le texte complet en pdf

Jérôme Guibourgé coach professionnel certifié

Catégorie : Parutions

Article précédent

Article suivant