Théorie de l’identité : quelle identité digitale pour AFIPEB ?

AFIPEB, quelle identité digitale

identité digitale

l’identité digitale d’une entreprise passe par l’ensemble des discours, des fonctionnalités et des actions proposés à l’internaute

L’identité digitale d’une entreprise relève d’un ensemble d’éléments signifiants de nature variée.

introduction

Ce peut être des visuels ou des textes, des actions et  fonctionnalités, la présence sur les réseaux sociaux, etc. Ces éléments sont organisés et ont des relations entre eux. Le destinataire est chargé de les reconstruire par syncrétisme afin de retrouvé l’identité digitale qui lui est proposée.

Dans cette étude, nous analysons la mise en scène. Il s’agit des actions, de la navigation et des animations proposées à l’utilisateur. Ceux-ci forment des discours ou sont représentés par des signes. Ils nous servent à diagnostiquer la figure de la marque et celle du destinataire.

Les dispositifs communicationnels voie/voix d’accès à l’information

Pour les sites non-marchands, la mise en forme et la clarté de la maquette, le rubricage et sa pertinence ainsi que le point de vue sur l’isolation et les isolants sont les voix d’accès à l’information. Celle-ci est l’objet recherché par le public. Ils organisent, structurent, gèrent et hiérarchisent l’information. Autrement dit, la dimension esthétique et l’organisation de l’actualité sur les produits sont porteurs de sens. Ils permettent aux internautes de saisir l’identité digitale. Ils la comparent avec celle qu’ils connaissent et qui n’est pas nécessairement numérique.

Le benchmark, phase nécessaire

Cette analyse passe également par la comparaison avec certains concurrents sélectionnés. Dans les sites de la marque et des concurrents, le nombre de pages dédiées à l’isolation et aux isolants varie de 1 à 20. Ce facteur agit sur l’ensemble de l’analyse : il intervient sur le rubricage (ou WIS : web information system), la longueur des articles, la mise en discours et dans le cas présent sur le point de vue.
Nous étudions le sens contenu et non pas le sens perçu (par le destinataire) ou voulu (par le destinateur) ; cette distinction entraîne le repérage de logiques de différenciations objectives et non des hiérarchisations subjectives.

un lien vers de la sémiotique appliquée au webdesign

http://epublications.unilim.fr/revues/as/2065

un lien vers une étude similaire

http://sensetdesign.fr/etudes-et-conseils/identite-digitale-et-discours.htm

Catégorie : Études et conseils

Mots clés : | | | |

Article précédent

Article suivant